Comment devenir kinésithérapeute ?

Vous êtes passionnés par le domaine des sciences et des technologies ? Vous avez une bonne résistance physique et mentale ? Le métier de kinésithérapeute peut vous intéresser ! Ce professionnel de santé paramédical effectue des exercices de gymnastique et des massages afin de soigner des douleurs ou des irrégularités du corps. Il travaille de façon manuelle ou à l’aide d’instruments qui permettent de réaliser une gymnastique thérapeutique. Grâce à ces gestes de soins, il est possible de retrouver des capacités fonctionnelles de patients et rétablir un corps.

Le kinésithérapeute s’occupe de patients d’âges différents souffrant de troubles neurologiques, respiratoires, circulatoires ou rhumatismales. En outre, il traite les traumatismes dus aux accidents ainsi que les troubles moteurs chez les personnes âgées. Bien évidemment, le kinésithérapeute peut choisir sa spécialisation, par exemple, il peut aider les sportifs à maintenir une bonne forme. L’objectif du kinésithérapeute est avant tout de retrouver une fonction motrice normale et de réduire la douleur. Pour améliorer l’état du corps, les massages, exercices de respiration et mouvements sont nécessaires. Parfois, il peut utiliser aussi :

  • crèmes et onguents
  • électricité
  • chaleur ou le froid
  • rayonnement laser.

Pour devenir kinésithérapeute, il faut avoir un grand sens de l’écoute et une bonne résistance physique. Chaque jour, il travaille avec des divers patients qui nécessitent de la patience et de la compréhension. Le kinésithérapeute doit rester à la fois sensible et fort. Il est exposé aux efforts physiques prolongés, c’est pourquoi il a besoin d’une régénération régulière. C’est un métier de la santé à haute responsabilité qui est exigeante, et parfois difficile.

Vous pouvez également lire sur notre blog :

Études de kiné : tout ce que vous devez savoir

D’abord, le kinésithérapeute a besoin d’une formation appropriée pour pouvoir exercer sa profession. Il doit être titulaire du Diplôme d’État de masseur kinésithérapeute. Cette formation dure 5 ans. Il y a une année de sélection et 4 ans de préparation en Institut de Formation en Masso-Kinésithérapie, en bref, IFMK.

L’accès en IFMK s’effectue après un parcours spécifique « accès santé » ou une licence avec option « accès santé en kinésithérapie ». Il y a une limite de places disponibles. La formation en IFMK est divisée en 2 cycles :

  • le premier cycle qui est consacré à l’ingénierie de la kinésithérapie et à des savoirs transversaux, comme l’anglais, la méthodologie, etc.
  • le second cycle qui est plus pré professionnel et prépare à l’exercice.

Il n’est pas possible de faire kiné sans passer par le processus de d’apprentissage de la science et de la médecine. Une formation professionnelle est une priorité !

Pour rappel, en raison de la suppression de la PACES, l’entrée dans les études de kiné est différente. Le PACES est une abréviation de « Première Année Commune aux Études de Santé ». La fin de la reforme paces a entraîné des changements dans l’accès aux études d’un kiné à partir de la rentrée 2020. En conséquence, il y a de nouvelles voies d’accès aux études médicales et de santé. C’est-à-dire, le PASS (Parcours Accès Santé Spécifique) et le LAS (Licence à Mineure Santé). Tout cela permet de diversifier les profils des futurs soignants et lutter contre le gâchis humain.

Enfin, il faut souligner que le métier de masseur-kinésithérapeute est particulièrement intéressant pour les jeunes. D’habitude, ils décident de faire ses études en raison de possibilités intéressantes et de bons revenus. De plus, les futurs kinésithérapeutes peuvent faire les études de kiné à l’étranger. Cette solution permet d’acquérir beaucoup d’expérience qui est très utile au travail. Vous pouvez faire les études de kinésithérapie en toute Europe. Par exemple, on peut choisir l’Allemagne, l’Espagne ou la Belgique. Ce dernier pays vous offre deux types d’écoles formant les kinés : les universités et les hautes écoles. Parmi les écoles de kiné populaires en Belgique, on peut distinguer : HEPL Liège, UCL Louvain ou ULG Liège. Si vous êtes intéressés par les études de kiné en Belgique, lisez l’article suivant : Comment faire les études de kiné en Belgique ?

Combien gagne un kinésithérapeute ?

D’après l’Unasa, le kinésithérapeutegagne entre 2 288 € bruts et 7 192 € bruts par mois en France. Ainsi, le salaire moyen d’un kinésithérapeute est de 4 740 € bruts par mois, avant paiement des charges et impôts. Les revenus du kinésithérapeute qui exerce en libéral, dépendent du nombre de clients. S’il travaille dans un centre de santé ou de sport, il peut gagner un peu plus. Bien qu’il puisse exister des différences en fonction des secteurs choisis, les salaires des kinésithérapeutes sont plutôt similaires.

En ce qui concerne le salaire kiné dans la fonction publique hospitalière, il existe la grille indiciaire hospitalière masseur-kinésithérapeute. On peut y trouver la rémunération brute mensuelle d’un agent masseur-kinésithérapeute selon le grade :

  • Masseur-kinésithérapeute de classe supérieure
  • Masseur-kinésithérapeute de classe normale.

Pour l’illustrer, le premier est la classe normale qui comprend onze échelons depuis le 1er janvier 2018. La durée du temps passé dans chacun des échelons est indiquée dans le tableau. En revanche, le second est la classe supérieure qui comprend neuf échelons. Vous voulez en savoir plus sur la rémunération du kinésithérapeute dans la fonction publique hospitalière ? Suivez l’actualité sur le site www.emploi-collectivites.fr !

À la fin, il faut encore mentionner un aspect particulier, tel que le stage. À compter du 1er janvier 2021, il y a une augmentation des indemnités de stage pour les diplômes d’État d’infirmier, d’ergothérapeute, de manipulateur d’électroradiologie médicale et de masseur-kinésithérapeute. En réalité, en 1re année, l’indemnité sera de 36 €. Ensuite, en 2e année, l’indemnité sera de 46 € et enfin en 3e année l’indemnité sera de 60 €. Également, le remboursement des frais de déplacement et le versement des indemnités de stage seront effectués à l’issue de chaque mois de stage.

Quelles sont les perspectives d’évolution d’un kinésithérapeute ?

Enfin, c’est le temps pour analyser certaines chiffres-clés sur le métier de kinésithérapeute. On compte qu’il y a plus de 90 000 de masseurs-kinésithérapeutes qui exercent en France. D’après la source l’Observatoire FIDUCIAL des masseurs-kinésithérapeutes, on peut distinguer quelques faits importants sur le profil d’un kinésithérapeute. Et voilà, il s’agit d’un homme de 45 ans titulaire de son cabinet et situe en milieu urbain. En revanche, on observe une féminisation croissante de la profession chaque année.

En général, les perspectives d’emploi sont bonnes dans le secteur public ainsi que dans le secteur privé. Il y a une grande demande en soins pour les personnes âgées et handicapées. Le kinésithérapeute peut travailler à l’hôpital, en centre de rééducation, en maison de retraite ou en établissements thermaux. Il existe également les Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes qui emploient des kinésithérapeutes.

Toutefois, le kinésithérapeute peut exercer à titre libéral et travailler dans son cabinet. De plus, il peut se spécialiser dans le domaine spécifique, comme la kiné gériatrique, respiratoire, sportive ou équine. Le kiné sportif peut travailler dans le secteur privé, en gagnant plus de 3 000 € net par mois. Son rôle est d’assurer le bien-être des patients et de soigner les blessures.

Quelle que soit la spécialisation, le kinésithérapeute doit connaître les meilleures techniques de kinésithérapie pour aider le patient. Lors de l’utilisation de la kinésithérapie, il est conseillé de coopérer avec d’autres professionnels de la santé, comme les médecins ou les psychologues. C’est important pour la réussite de la récupération du corps entier.


Avis des employeurs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *