Comment devenir webdesigner sans diplôme ?

Vous avez des compétences artistiques et vous êtes familier avec les programmes ou logiciels graphiques ? C’est une profession pour vous ! Le webdesigner conçoit le design graphique d’un site internet, donc sa charte graphique. Cette identité visuelle se compose d’éléments graphiques tels que : illustrations, icônes, bannières, animations, couleurs clés, logo, images, etc. Grâce à cela, l’internaute peut identifier facilement l’entreprise ou la société. Ceci est particulièrement important, car il existe un grand nombre de sites web différents sur le marché. La conception d’interface graphique de site web attrayante et ergonomique scqont un grand atout.

À l’ère du digital, il y a un besoin de recruter des professionnels qui créent des pages de sites internet et réalisent les éléments graphiques. Ce qui compte les plus, ce sont des compétences graphiques et techniques, mais également une connaissance des logiciels de création graphique. C’est-à-dire par exemple : Photoshop, Illustrator, Flash, InDesign, GIMP, Canva, Dreamweaver.

Dans le contexte de ce métier, il faut souligner que les formations ou les études ne sont pas obligatoires pour travailler professionnellement. Ces personnes sont souvent des autodidactes ou webdesigners freelancers, alors ils apprennent à concevoir le design graphique par eux-mêmes. Donc, ils suivent des tutoriels de web design ou des programmes gratuits et après, ils mettent en pratique les connaissances acquises.

Des milliers d’exercices pratiques et une patience constituent la base. Le but est d’apprendre à concevoir des graphiques et appréhender les termes techniques. Finalement, c’est le talent, l’expérience et les capacités pratiques comptent le plus !

Quelles compétences pour devenir webdesigner ?

Le métier de webdesigner est une profession créative et artistique. Sans aucun doute, c’est un métier qui exige beaucoup de savoir-faire. Pour travailler dans le domaine du web design, il est nécessaire d’avoir un sens esthétique et du design, des connaissances dans l’informatique et une rigueur. Le webdesigner doit posséder les capacités relationnelles bien développées pour travailler en équipe.

Chaque jour, il coopère avec les autres graphistes, infographistes, directeurs artistiques, rédacteurs web ou webmarketeurs. La conception et la réalisation de la maquette de page est un grand projet auquel participent de nombreuses personnes. Les contraintes techniques, les aspects artistiques, la fonctionnalité parfaite et le design unique – chaque détail nécessite le travail de spécialistes.

De plus, comme vous le savez déjà, une formation de webdesigner n’est pas requise, mais dans les agences web qui se spécialisent en création de site internet, en communication ou en publicité, des études peuvent être nécessaires. Dans ce cas, il existe des différentes formations qui vous permettent d’exercer ce métier. Par exemple :

  • Formations de niveau bac +2 : BTS Communication visuelle, DUT Informatique, etc.
  • Formations de niveau bac +3 : Licence Professionnelle en Informatique, Licence Professionnelle Webdesign, Licence Professionnelle Graphisme, etc.
  • Formations de niveau bac +5 : Master pro arts, création et ingénierie numérique, Master pro design d’interfaces multimédias et internet, etc.

Le webdesigner, un métier d’avenir

Au fil des années, nous avons observé l’évolution des métiers du design. Actuellement, c’est le web design qui est un domaine leader. Le secteur du numérique est dynamique et se développe sans cesse, c’est pourquoi les métiers du numérique-multimédia-audiovisuel sont recrutés. Selon l’étude de la Dares (2019), en 2017, en France, environ 3 % des personnes en emploi exercent un métier dans les domaines du support informatique et des systèmes d’information, de la programmation, du management et de la stratégie numérique, de la communication numérique, de l’expertise et du conseil numérique, des télécommunications ou de l’analyse de données. Avec 800 000 postes, le secteur du numérique représente 3% de l’emploi total et par rapport à 2009, cette part a augmenté.


Avis des employeurs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *