Le métier de psychiatre au XXIe siècle – comment ça marche ?

La psychiatrie est une spécialité médicale liée avec le traitement des maladies mentales. Alors, ce sont tous les troubles mentaux, psychique, psychiatriques, comme la dépression, la schizophrénie, la démence, la déficience intellectuelle, les troubles addictifs ou névrotiques. Tout cela provoque des dommages et souffrances chez des patients qui ont besoin de l’aide d’un spécialiste. Le psychiatre est un médecin spécialiste, il se spécialise en psychiatrie et santé mentale. D’après les données de 2019, sur les sites www.data.drees.sante.gouv.fr et www.conseil-national.medecin.fr/ « Il y a 15 479 psychiatres en activité en France. » En plus, le taux de féminisation est de 52 %, donc les femmes sont devenues majoritaires. Si nous considérons l’âge moyen des psychiatres, c’est de 52 ans (49 ans chez les femmes et 56 ans chez les hommes). En plus, c’est bien de noter que selon les données d’Eurostat, les pays européens qui comptent le plus de psychiatres en 2017, ce sont : Suisse, Allemagne, Grèce, Norvège et à la cinquième place – France (23 psychiatres pour 100 000 habitants). Comme on peut observer, le métier de psychiatre au XXIe siècle est nécessaire pour le développement équilibré dans tout le monde. Vérifions, comment ça marche en détail !

Quelle est la mission de psychiatre ?

Le psychiatre est un professionnel qui aide aux patients de soigner des maladies psychiques. Les troubles mentaux les plus fréquents, ce sont:

• La dépression
• L’anorexie mentale, la boulimie, la compulsion alimentaire
• Le trouble bipolaire et la schizophrénie
• Le trouble obsessionnel compulsif
• L’anxiété
• Les dépendances
• Les problèmes relationnels.

Son rôle est de consulter, diagnostiquer, traiter et prévenir les troubles mentaux. Le psychiatre recommande des méthodes thérapeutiques et il suggère aussi des médicaments psychotropes (antidépresseurs ou anxiolytiques) pour aider à traiter des maladies qui sont présentes chez différents groupes de patients : enfants, adolescent, adultes et personnes âgées. Ce métier exige un bon équilibre personnel et une capacité d’écoute parce que tous les cas sont traités avec un grand engagement du psychiatre. En plus, le psychiatre mène une séance approfondie avec le patient, pendant un certain temps. Parfois, ce sont des séances individuelles ou des thérapies de groupe, si c’est possible. Il existe un large spectre de possibilités professionnelles, le psychiatre peut travailler dans le secteur public, privé ou être libéral. Après, on peut choisir une spécialité et travailler dans un environnement de travail diversifié :

• une psychiatrie de secteur
• une pédopsychiatrie
• une urgence
• une addictologie
• une psychiatrie de la personne âgée
• une ethno-psychiatrie
• une psycho-oncologie.

Pour travailler comme un psychiatre, d’abord il faut suivre les 6 années des études de médecine, après il faut effectuer une formation de 4 ans en psychiatrie pour d’obtenir un Diplôme d’Études Spécialisées et le diplôme d’État de docteur en médecine. Néanmoins, après des années d’apprentissage, il est temps d’être sérieux, responsable et de gagner de l’argent bon, c’est environ 7 000 € brut par mois pour un psychiatre confirmé qui travaille à l’hôpital et à son cabinet.

Les perspectives de travail dans le contexte des nouvelles tendances

Les études réalisées par des chercheurs du département de santé publique de Créteil, publiées dans la revue European Neuropsychopharmacology montrent que « dans l’Hexagone, il y a 12 millions de personnes qui souffrent de troubles mentaux, soit environ un Français sur cinq (en 2018). » Malheureusement, il y a de nombreux cas de maladies mentales parmi les gens du monde entier. C’est souvent causé par le stress, les addictions, la souffrance au travail ou la perte de travail, les troubles du sommeil ou de l’alimentation. Dans le contexte actuel de crise économique liée à la pandémie de Covid-19, il faut souligner que les risques de troubles psychiatriques augmentent. De plus, les troubles du comportement, la dépression et la perte de motivation qui sont les effets des restrictions et conditions de vie plus précaires dans tout le monde. La pandémie de coronavirus est appelée « la pandémie de peur » à cause de l’incertitude et des fausses informations qui circulent parmi les gens et sur Internet. Il ne faut pas oublier que même une visite peut chez un psychiatre aide à comprendre des causes et effets de nos comportements. C’est pourquoi le séance chez un psychiatre deviennent de plus en plus souvent et les gens n’ont pas honte d’en profiter. Ça vaut le coup…


Avis des employeurs

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *