Avis CENTRE HOSPITALIER DE TOURCOING

Est-ce que quelqu'un de vous sait qu'il y a une pharmacie dans CENTRE HOSPITALIER DE TOURCOING?
Les conditions de travail au poste de contrôleur de gestion sont-elles bonnes chez CENTRE HOSPITALIER DE TOURCOING ?

Que voulez-vous savoir sur CENTRE HOSPITALIER DE TOURCOING ?

Évaluation 2

5 étoiles
 
0 évaluations
4 étoiles
 
1 évaluation
3 étoiles
 
0 évaluations
2 étoiles
 
0 évaluations
1 étoile
 
1 évaluation
Elazs

J’ai hier été amenée par la protection civile aux urgences duCH de Tourcoing, ayant été droguée à mon insu a l’occasion d’un festival, et commençant à alterner entre perte de conscience et crises d’angoisse.

La protection civile m’a récupéré après qu’une amie m’ait récupéré seule et suivie de près par un inconnu. Ils ont expliqué aux urgentistes ma situation, et le risque de crises d’angoisse.

Les urgentistes m’ayant pris en charge n’ont réalisé aucune prise de sang ou examens particuliers, et m’ont reproché le fait de ne pas avoir été précautionneuse avec mon verre. Je cite la phrase du médecin urgentiste, « on récolte ce qu’on sème ».

Voulant partir devant ce manque total de considération, je me suis vue confisquer téléphone et vêtements, rendant tout contact avec mes proches impossible.

Après avoir voulu partir, ne me considérant pas prisonnière de l’hôpital et étant redevenue quelque peu maître de mes émotions, le ton des soignants est devenu extrêmement hostile, et leur refus de contacter mes proches pour qu’ils viennent me chercher persistant.

C’est à ce moment, à la suite de mes protestations sur mon enfermement, que six médecins m’ont plaqué sur le brancard de manière extrêmement violente et m’ont attaché avec des liens, aux poignets et aux cheville. Je tiens à préciser que je fais 1m68 pour 59 kg, et que je n’opposais qu’une résistance verbale. Les liens étant extrêmement serrés, je conserve aujourd’hui des lésions superficielles.

Leur demandant de quel droit ils m’attachaient et me coupaient de tout contact avec mes proches, ils m’ont rétorqué qu’un médecin m’avait déclaré danger pour moi même. Constat étonnant dans la mesure où aucune auscultation n’a été réalisée mis à part une prise de tension.

Je proteste vis à vis de cette mesure et demande à contacter mes proches. Quatre médecins me tiennent (alors que j’étais à ce stade attachée au lit ) et m’injectent un tranquillisant à même la cuisse, après mon refus réitéré et véhément. J’ai un hématome à la cuisse dans la mesure où l’injection a été faite extrêmement brutalement. Je suis restée attachée au lit pendant 1h30, durant laquelle je n’ai eu le droit qu’à un verre d’eau.

Je suis profondément choquée par cette expérience, par l’absence totale d’empathie quant au fait que j’ai été droguée à mon insu, mais surtout par la violence avec laquelle j’ai été physiquement traitée (liens, injection non autorisée et absence d’accès à de l’eau ou de la nourriture alors que je venais de recevoir une quantité de drogue assez conséquente et nocive pour qu’un passage aux urgences s’impose.

Je veux qu’il soit porté au dossier des phrases particulièrement horribles que j’ai eu à entendre. De la part du seul médecin urgentiste croisé, un « t’avais qu’à faire attention à ton verre » et « t’as pas de droits ici t’es personne » (en réponse à mes protestations quant à la confiscation de mes vêtements et portables). De la part de l’ensemble des infirmières et/ou internes, des « ça fait moins la maligne quand t’es attachée » et « ouais ferme la porte elle me saoule à argumenter ».

Une formation quant a l’accueil des victimes d’agressions me semble primordiale, et a été gérée admirablement par la protection civile, forçant une comparaison extrêmement défavorable avec le calvaire que j’ai vécu.

Je reste à votre disposition pour éclairer mes propos, je souhaiterai de Madame, Monsieur,

J’ai hier été amenée par la protection civile au CH de Tourcoing, ayant été droguée à mon insu a l’occasion d’un festival, et commençant à alterner entre perte de conscience et crises d’angoisse.

La protection civile m’a récupéré après qu’une amie m’ait récupéré seule et suivie de près par un inconnu. Ils ont expliqué aux urgentistes ma situation, et le risque de crises d’angoisse.

Les urgentistes m’ayant pris en charge n’ont réalisé aucune prise de sang ou examens particuliers, et m’ont reproché le fait de ne pas avoir été précautionneuse avec mon verre. Je cite la phrase du médecin urgentiste, « on récolte ce qu’on sème ».

Voulant partir devant ce manque total de considération vis à vis du fait que j’ai été victime d’une probable tentative de viol et d’une intoxication à la drogue conséquente, je me suis vue confisquer téléphone et vêtements, rendant tout contact avec mes proches impossible.

Après avoir voulu partir, ne me considérant pas prisonnière de l’hôpital et étant redevenue quelque peu maître de mes émotions, le ton des soignants est devenu extrêmement hostile, et leur refus de contacter mes proches pour qu’ils viennent me chercher persistant.

C’est à ce moment, à la suite de mes protestations sur mon enfermement, que six médecins m’ont plaqué sur le brancard de manière extrêmement violente et m’ont attaché avec des liens, aux poignets et aux cheville. Je tiens à préciser que je fais 1m68 pour 59 kg, et que je n’opposais qu’une résistance verbale. Les liens étant extrêmement serrés, je conserve aujourd’hui des lésions superficielles.

Leur demandant de quel droit ils m’attachaient et me coupaient de tout contact avec mes proches, ils m’ont rétorqué qu’un médecin m’avait déclaré danger pour moi même. Constat étonnant dans la mesure où aucune auscultation n’a été réalisée mis à part une prise de tension.

Je proteste vis à vis de cette mesure et demande à contacter mes proches. Quatre médecins me tiennent (alors que j’étais à ce stade attachée au lit ) et m’injectent un tranquillisant à même la cuisse, après mon refus réitéré et véhément. J’ai un hématome à la cuisse dans la mesure où l’injection a été faite extrêmement brutalement. Je suis restée attachée au lit pendant 1h30, durant laquelle je n’ai eu le droit qu’à un verre d’eau.

Je demande à ce stade à parler à la police, rappelant que j’ai été victime d’une tentative de viol. Ils me disent qu’ils vont appeler la police, mais pour signaler qu’ils refusent de m’hospitaliser et me renvoient en cellule de dégrisement. Chose étrange dans la mesure où j’étais alors depuis 3h30 à l’hôpital, et que je pensais avoir été officiellement admise, surtout dans la mesure où j’ai été privée de mes effets personnels et de ma liberté de choix dans les soins prodigués.

La police arrive, me fait un contrôle ethylotest auquel je teste à 0,25 grammes. Aucune mention n’a été faite du fait que j’avais été droguée à mon insu, le rapport de l’hôpital aux policiers consistant à dire que j’étais extrêmement saoule (faux selon l’ethylotest), que j’avais pris de la drogue (en mentant sur le caractère involontaire) et que j’étais instable émotionnellement, justifiant les mesures de privation de liberté.

Je suis profondément choquée par cette expérience, par l’absence totale d’empathie quant au fait que j’ai été droguée à mon insu, mais surtout par la violence avec laquelle j’ai été physiquement traitée (liens, injection non autorisée et absence d’accès à de l’eau ou de la nourriture alors que je venais de recevoir une quantité de drogue assez conséquente et nocive pour qu’un passage aux urgences s’impose.

Je veux qu’il soit porté au dossier des phrases particulièrement horribles que j’ai eu à entendre. De la part du seul médecin urgentiste croisé, un « t’avais qu’à faire attention à ton verre » et « t’as pas de droits ici t’es personne » (en réponse à mes protestations quant à la confiscation de mes vêtements et portables). De la part de l’ensemble des infirmières et/ou internes, des « ça fait moins la maligne quand t’es attachée » et « ouais ferme la porte elle me saoule à argumenter ».

Je ne sais toujours pas à ce jour quelle drogue m’a été donné à mon insu, ni s’il y a eu des séquelles particulière. Je sais simplement que j’ai un hématome à la cuisse et des traces rouges au niveau des poignets et des mollets (causées par les liens particulièrement serrés).

Je comprend que voir quelqu’un dans mon état, à savoir extrêmement angoissée d’avoir évité de peu un viol, et sous l’emprise de la drogue, peut être déstabilisant et complexe à gérer. Néanmoins je suis arrivée en tant que victime, m’attendant à recevoir des soins appropriée. J’ai à la place été reçue avec mépris, violence et malveillance, sans recevoir aucun soins.

Je vous prierai de signaler ce problème, les conséquences de ces agissements ayant pu être autrement plus dramatiques si la drogue qui m’avait été donnée avait eu une toxicité plus forte. Une formation quant a l’accueil des victimes d’agressions me semble primordiale, et a été gérée admirablement par la protection civile, forçant une comparaison extrêmement défavorable avec le calvaire que j’ai vécu hier.

noter l'opinion
Eva

Bonjour a tous! Durant le stage de 6 semaines en tant que secrétaire médicale, je me suis sentie très à l'aise dans leur centre hospitalier. Le service où je travaillais avait un bon esprit d'équipe. Je serais ravi si je pouvais continuer dans cette voie ; mais il y avait déjà trop de secrétaires médicales. Je recommande l'esprit d'équipe et une bonne formation. L'informatique est un peu trop bruyante

noter l'opinion
Pierre
@Eva

Quelles mesures avez-vous mis en place pour soutenir la santé et la sécurité de vos employés depuis la pandémie?

noter l'opinion
sylvain
@Eva

Quelle est une remuneration?

noter l'opinion
Apparemment, dans CENTRE HOSPITALIER DRON, ils paient mieux que dans CENTRE HOSPITALIER DE TOURCOING voisine. Quelqu'un sait à quoi ça ressemble vraiment?
noter l'opinion
Quel hôpital traite mieux les gens, en CENTRE HOSPITALIER DE TOURCOING ou CENTRE HOSPITALIER DE WATTRELOS?
noter l'opinion
actualités
Malgré la mobilisation nationale et le système de vaccination contre la COVID 19, il reste encore 5 millions de Français à risque à vacciner, selon l'Assurance-maladie. Ils estiment qu'il reste encore un million de personnes de plus de 75 ans qui n’ont pas eu d’injection. Pour augmenter le taux de vaccination, les médecins traitants auront la possibilité d'avoir un aperçu de la liste de leurs patients non vaccinés. le vaccines ne sont pas sur
noter l'opinion
thibault
De quoi tu parles ! C'est la seule solution
noter l'opinion

Laisser un commentaire à propos de CENTRE HOSPITALIER DE TOURCOING

 
Cliquez pour noter !
Quels employés sont les plus satisfaits de leur travail, CENTRE HOSPITALIER DE TOURCOING ou CLINIQUE DU LITTORAL?
noter l'opinion
Dans quelles changements de travail travaille le personnel médical employé dans CENTRE HOSPITALIER DE TOURCOING?
noter l'opinion
COVID-19
Comment prend-il soin des employés de CENTRE HOSPITALIER DE TOURCOING pendant la pandémie du COVID-19?
noter l'opinion
actualités
C'est déjà à partir du 10 mai que la vaccination commencera pour des citoyens ayant plus de 50 ans. Cette date a été fixé 5 jours plus tôt par rapport à la date initiale. Les personnes de moins de 50 ans, quant à eux seront à même de prendre RDV avant mi-juin qui est la date de vaccination généralisée des adultes. Cette possibilité commence mercredi 12 et les personnes concernées sont invitées à chercher les créneaux disponibles sur Doctolib. Pensez-vous que c'est une bonne décision ?
noter l'opinion
mehdi
mdr je vois les gens vérifier s'il y a des doses restants pour le lendemain
noter l'opinion
actualités
La vaccination des pompiers avec le vaccin AstraZeneca a été suspendue à cause des effets secondaires graves. La décision qui concerne la deuxième injection des pompiers du département des Bouches-du-Rhône est motivée par mesure de précaution. Elle a été prise à cause des effets indésirables qui sont survenus sous 48 h après l'administration sur un pompier d'Arles qui devait être hospitalisé pour arythmie cardiaque. Comment ça se fait que les jeunes gens sportifs succombent à ces effets secondaires ?
noter l'opinion
benoit
le plus important que le pompier se porte mieux
noter l'opinion
salomé
J'envisage de changer d'emploi, mais je veux un horaire flexible. Est-il possible en CENTRE HOSPITALIER DE TOURCOING, en tant que infirmier de bloc opératoire, de modifier également les heures d'arrivée au travail?
noter l'opinion
julia
Chez CENTRE HOSPITALIER DE TOURCOING, nous avons des horaires de travail fixes, les horaires ne sont donc pas flexibles.
noter l'opinion
salomé
C'est dommage, je pensais que dans CENTRE HOSPITALIER DE TOURCOING est différent.
noter l'opinion
Vous trouver ici une nouvelle position de ingénieur https://www.apec.fr/candidat/recherche-emploi.html#/emploi/detail-offre/165561281W
noter l'opinion
Bonjour, malheureusement, je ne connais pas de anglais. Puis-je trouver un emploi?
noter l'opinion
Salut ! Je viens d'envoyer mon CV sur https://www.indeed.fr/company/CENTRE-HOSPITALIER-DE-TOURCOING/jobs/Manipulateur-Radiologie-a9c293b65fcdc711?fccid=1f9ec67ab07cf148&vjs=3. Comment je dois me préparer avant mon premier entretien d'embauche ? je compte sur votre compréhension. Merci de vos conseils
noter l'opinion
Bonsoir, à vos avis, est-ce qu'il y a beaucoup d'opportunités de développement chez CENTRE HOSPITALIER DE TOURCOING? Pourriez-vous recommander le travail chez eux?
noter l'opinion
Est-ce que CENTRE HOSPITALIER DE TOURCOING organise les conférences et les coloques?
noter l'opinion
Nous attendons de nouvelles informations sur le travail. Savez-vous ce qui se passe chez CENTRE HOSPITALIER DE TOURCOING , car depuis longtemps il n'y a pas d'infos sur cette entreprise?
noter l'opinion
Est-ce-que vous êtes-vous déjà senti harcelé sur ce lieu de travail?
noter l'opinion
Nous recherchons des personnes qui parlent anglais pour le travail chez nous, en tant que technicien.
noter l'opinion

Offres d'emploi récemment ajoutées en CENTRE HOSPITALIER DE TOURCOING

Cadre de santé en cardiologie F/H (A négocier), Chargé de mission COREVIH F/H (A négocier), Chargé de mission en milieu carcéral F/H (A négocier)
noter l'opinion
Savez-vous quelque chose sur l'emploi chez CENTRE HOSPITALIER DE TOURCOING? Les utilisateurs attendent votre avis.
noter l'opinion

Notez-le

 
Cliquez pour noter !

Dites aux autres à quoi ressemble le travail ou le recrutement dans l'entreprise CENTRE HOSPITALIER DE TOURCOING. Les avis sur GoWork.fr sont vérifiés par les candidats, les employés, les employeurs et les clients !

Spécifie simplement 2 options et clique sur Ajouter - cela ne prend que 5 secondes
CENTRE HOSPITALIER DE TOURCOING est une entreprise
FAQ
Quelle est l'adresse du site Web de l'entreprise?
L'adresse du site Web est http://www.ch-tourcoing.fr/. Consultez l'adresse Web et plus d'informations sur CENTRE HOSPITALIER DE TOURCOING.
FAQ
Quels postes y a-t-il dans cette entreprise?
Dans CENTRE HOSPITALIER DE TOURCOING, vous pouvez travailler comme: electricien, puériculteur, technicien, aide soignant, commise de cuisine. [anchor = Consultez plus d'informations sur CENTRE HOSPITALIER DE TOURCOING.]
FAQ
Dans quel secteur l'entreprise opère-t-elle?
L'entreprise opère dans l'industrie Soins de santé. Consultez plus d'informations sur CENTRE HOSPITALIER DE TOURCOING.
FAQ
Dans quelle région opère CENTRE HOSPITALIER DE TOURCOING?
La société opère en Hauts-de-France
Cadre De Santé EHPAD Isabeau Du Bosquel H/F est recherché!!! Vérifiez l'offre de CENTRE HOSPITALIER DE TOURCOING.
CENTRE HOSPITALIER DE TOURCOING recherche actuellement un CADRE DE SANTE EHPAD ISABEAU DE BOSQUEL H/F.
CENTRE HOSPITALIER DE TOURCOING recherche à nouveau Auxiliaire De Puériculture. Ont-ils développé ce département?
Voulez-vous devenir Chef? Postulez pour ce poste à Tourcoing.


Les employés CENTRE HOSPITALIER DE TOURCOING retrouvent-ils leur enthousiasme au travail ?
85%
Les utilisateurs connaissent-ils CENTRE HOSPITALIER DE TOURCOING ?
100%

Avis sur les salaires

Gains dans la position de infirmier chez CENTRE HOSPITALIER DE TOURCOING - exigences typiques : diplôme d'IBODE ou IDE avec expérience au sein d'un bloc opératoire et projet de formation IBODE par la suite, diplômes requis, DE infirmier, offre typique : primes. On gagne combien ici ?

Moyenne 1933 € par mois

Statistiques salariales basées sur les offres d'emploi publiées sur Internet